“Quiet firing” : lorsqu’on vous pousse discrètement vers la sortie…

Annemarie Andre
Corrigé par notre psychologue Judith Klenter
Frau verlässt leise ihren Arbeitsplatz.

Vous venez de terminer une autre tâche professionnelle qui ne vous emballe pas ? Ou vous avez bouclé un projet qui risque de ne pas être exploité au travail ? Vous êtes peut-être victime de “quiet firing” (ou licenciement silencieux). Après le “quiet quitting” (démission silencieuse), il s’agit là de la dernière tendance dans le monde du travail, qui est associée à du harcèlement et à de l’isolement. Dans cet article, vous apprendrez comment la reconnaître et comment y faire face.


Selon un récent sondage LinkedIn, 48 % des gens ont déjà été témoins de “quiet firing” au travail. Et 35 % des plus de 20 000 personnes interrogées ont déclaré y avoir elles-mêmes été confrontées. Mais de quoi s’agit-il vraiment ? Dans une vidéo (en anglais), l’influenceur DeAndre Brown parle des salariés qui accomplissent toutes leurs tâches, mais ne sont jamais récompensés par une augmentation ou une promotion. Les managers ne les licencient pas directement, mais ne leur laissent indirectement pas d’autre choix que de prendre la porte.

Reconnaître les signes annonciateurs
  • On vous refuse toujours des augmentations et des promotions, mais on ne vous explique jamais pourquoi.
  • On vous cache des informations importantes dont vous avez besoin pour faire votre travail correctement.
  • Vous êtes délibérément exclu·e des réunions.
  • Vos tâches sont peu passionnantes. D’autres collaborateurs de votre niveau se voient confier des tâches et des projets plus intéressants.
  • On ne vous donne (presque) aucune responsabilité.
  • Les objectifs ne vous sont pas communiqués.
  • Des regards et des gestes désobligeants sont utilisés pour vous dissuader de vous exprimer.
  • On ne vous félicite jamais pour votre travail et on ne vous donne jamais l’occasion de vous entretenir avec vos supérieurs.
  • Vos efforts ne sont pas reconnus et/ou vous ne recevez jamais de critique constructive.

📖 Vous souhaitez de la lecture complémentaire ? Ceci pourrait vous intéresser :Bore-out ou quand le travail vous ennuie

 

Une forme de harcèlement

 

Bon nombre de personnes pensent que le harcèlement est moins présent dès que l’on quitte les bancs d’école. Ce n’est pas le cas. Le phénomène reste évidemment bel et bien réel à l’âge adulte et peut prendre différentes formes. Le “quiet firing” en fait partie et peut entraîner plusieurs répercussions sur notre bien-être : stress, anxiété, perte de confiance, sommeil perturbé, …

 

Comment dès lors y faire face ? Voici quelques conseils pratiques que vous pouvez appliquer : 

 

1. Agissez rapidement

N’attendez pas que la situation devienne ” suffisamment grave “, pensez rapidement à un plan d’actions concret. Car le problème ne disparaîtra pas de lui-même avec le temps. Plus vite vous réagirez et plus vite vous trouverez une solution qui contribuera à votre bien-être.

 

2. Tenez un journal

Notez tous les incidents qui vous touchent, quelle que soit leur importance, dans un journal ou un carnet de votre choix. Mieux vaut être très précis quant au moment, au lieu et aux personnes concernées. Cela vous aidera non seulement à traiter et à réfléchir à ce qui s’est passé, mais aussi à prendre du recul et à trouver une solution.

 

3. Partagez vos sentiments

Il est souvent difficile d’avoir une conversation franche, surtout lorsque les personnes impliquées sont des supérieurs. Vous pouvez alors vous tourner vers des collègues qui ne sont pas impliqués ou vers le service des Ressources humaines pour obtenir de l’aide et partager ce que vous ressentez.

 

“Une conversation franche et ouverte peut faire des merveilles. Au cours de celle-ci, vous pouvez présenter votre journal par exemple et faire part de votre propre perspective”, conseille l’experte psychologue Judith Klenter. “Vous pouvez également demander à des collègues de vous soutenir et d’intervenir.” 

 

Comment OpenUp peut vous aider

 

En cas de “quiet firing” ou de situation de harcèlement du genre au travail, vous vous poserez sans doute des questions et vous demanderez si c’est votre faute ou si vous auriez pu agir différemment. Ne laissez pas de mauvaises pensées embrouiller votre esprit. Une consultation avec un de nos experts psychologues peut rapidement vous aider à retrouver confiance en vous et à identifier les bons outils pour vous remettre sur la voie de l’équilibre et du bien-être.  

 

“Lorsque vous vivez une mauvaise expérience comme celle-ci, il est important d’appeler un chat un chat et de ne pas essayer d’édulcorer la situation. Donnez-vous du temps et faites preuve de compassion envers vous-même “, ajoute Judith Klenter. “Si vous continuez à douter de vous, vous pouvez demander à vos amis, à vos proches et à votre partenaire ce qui vous rend digne d’être aimé·e. Si votre confiance en vous a été sérieusement ébranlée, mieux vaut chercher un nouvel emploi.”

 

Certains exercices peuvent aussi être très utiles pour retrouver son estime de soi et briser le cercle des pensées négatives. “Repensez à vos réussites et notez-en au moins une, demandez-vous ce que vous avez apporté et ce que cela dit de vous.”

 

D’autres méthodes de prévention renforcent également votre santé mentale et contribuent à votre bien-être. La méditation de pleine conscience, par exemple, vous permet de rester ancré·e dans le moment présent. Elle réduit également le stress et renforce la résilience. Envie de vous y essayer ? Consultez notre agenda et rejoignez l’une de nos sessions !