Comment mieux gérer la pression et retrouver le plaisir au travail ?

Lisanne van Marrewijk
Corrigé par notre psychologue Judith Klenter
illustratie van vrouw die een hoge werkdruk ervaart

La façon dont vous gérez la pression et les échecs professionnels éventuels a une incidence sur votre moral. Cela affecte la qualité de votre travail ainsi que le niveau de stress que vous ressentez. Il s’agit donc d’un cercle vicieux. Cependant, vous n’avez pas à l’accepter. Au contraire, les cercles vicieux sont faits pour être brisés. Surtout les cercles de stress

 

Nous devons tous y faire face, même si vous occupez le poste de vos rêves. La pression vous empêche-t-elle d’apprécier votre travail ? Voici ce que vous pouvez faire pour y remédier.

 

La pression au travail n’est pas anormale

 

La pression fait partie de notre quotidien. Certainement dans la sphère professionnelle. Vous avez peut-être dû assumer des tâches supplémentaires, vous vous efforcez peut-être de faire vos preuves, ou vous avez peut-être accepté un nouveau rôle qui exige beaucoup de vous.

 

Un peu de pression ne fait cela dit pas de mal, selon Judith Klenter, experte psychologue. “Vous avez besoin d’une certaine quantité de stress positif pour pouvoir vous concentrer et rester alerte. Cela libère de l’adrénaline et vous prépare à l’action.”

 

Mais la pression peut aussi parfois devenir excessive. Et s’installer à long terme. Par exemple, il y a des moments où elle vous freine et vous fait perdre toute perspective. Vous remarquerez peut-être également que vous avez du mal à lâcher prise à la fin de votre journée de travail. 

 

La différence entre pression positive et trop de pression

 

“Le stress positif vous aide à continuer, à être performant et à faire de votre mieux. Une fois que vous avez atteint votre objectif, le stress s’estompe généralement à nouveau”, explique Judith. “Nous parlons ici du type de stress que vous ressentez, par exemple, en période d’examen, lors d’une présentation importante ou en cas d’échéance serrée.”

 

“Si vous subissez de la pression au travail depuis longtemps, votre corps a du mal à faire la distinction entre tension et détente. Cela signifie que la tension reste au même niveau sur une longue période, même si l’événement à l’origine de cette tension est passé”, explique encore la professionnelle du bien-être mental.

 

Vous avez donc besoin de plus de temps pour récupérer. Et si vous n’y parvenez pas, car vous êtes soumis·e à une pression excessive, vous remarquerez que la qualité de votre travail commence à en pâtir. Par conséquent, vous vous retrouvez coincé·e dans un cercle vicieux.

 

Mais, comme mentionné précédemment, les cercles peuvent être brisés. Il existe (heureusement !) une série de mesures que vous pouvez prendre pour soulager un trop plein de pression au travail et le stress qui y est lié.

 

“Parfois, quelque chose d’aussi simple que de prendre un jour de congé pour se reposer peut faire des merveilles”, conseille Judith.

 

Trop de pression au travail ?

 

Une étude réalisée en 2022 a révélé que 64% des salariés français subissent un stress régulier au travail. Des chiffres qui montrent qu’une bonne gestion du stress et de la pression au travail est nécessaire. 

 

Ressentez-vous actuellement beaucoup de pression ? Et pensez-vous qu’elle impacte votre satisfaction au travail ? Voici quelques conseils concrets que vous pouvez appliquer dès aujourd’hui.

 

1. Acceptez la situation

 

Accepter que la pression fait partie de votre travail, et que vous cherchez des moyens pour gérer ce stress du mieux possible, constitue une bonne première étape. Et le fait que vous soyez en train de lire cet article signifie que vous l’avez déjà franchie. 

 

L’acceptation apporte un soulagement et permet de trouver plus facilement des moyens pour gérer ses émotions. En revanche, la résistance ne fait qu’accroître le sentiment de stress.

 

Reconnaissez le déclencheur. Reconnaissez la situation. Reconnaissez vos émotions et vos sentiments. Et permettez au stress d’exister. 

 

2. Prenez le contrôle de votre charge de travail

 

Si votre charge de travail est trop importante, il est normal que vous ressentiez un certain niveau de pression. Par conséquent, prenez le contrôle des tâches qui vous incombent et des projets que vous menez. 

 

Votre agenda est trop chargé ? Refusez les nouveaux projets pour le moment. Apprenez à dire non. Communiquez-le aux collègues qui réclament votre aide de manière claire et cordiale, et parlez-en à votre responsable ou votre superviseur.

 

“La différence entre les gens qui réussissent et ceux qui réussissent vraiment, c’est que les personnes qui réussissent vraiment disent non à presque tout.”
– Warren Buffet

 

3. Fixez des priorités

 

Si vous savez ce qui est important, vous pouvez centrer votre attention sur les bonnes choses. Travaillez-vous sur des tâches essentielles ou vous occupez-vous surtout de choses urgentes ? Vous laissez-vous guider par votre boîte mail ou par vos priorités ?

 

Commencez par utiliser la matrice d’Eisenhower (que vous trouverez également dans notre guide pratique de la gestion du temps) et organisez vos tâches dans les quadrants appropriés. Vous aurez ainsi une vue d’ensemble et serez en mesure de distinguer ce qui est important de ce qui ne l’est pas.

 

Demandez-vous chaque jour quelles sont les trois tâches que vous devez vraiment accomplir. Les trois non-négociables. Si vous savez ce qui est important et ce qui ne l’est pas aujourd’hui, vous serez en mesure de mieux vous concentrer et de fixer des objectifs plus clairs”, ajoute Judith Klenter.

 

4. Placez-vous dans les meilleures conditions

 

Aménagez votre environnement pour qu’il vous aide à vous concentrer et à bien gérer votre temps. Vous pouvez le faire de différentes manières. Testez ce qui fonctionne pour vous, par exemple:

 

  • Éliminez les distractions (laissez votre téléphone dans une autre pièce, éteignez les notifications d’e-mails, mettez en pause tout type d’alertes).
  • Faites une seule chose à la fois.
  • Apprenez à vous connaître : quand êtes-vous au sommet de votre productivité et quand connaissez-vous une baisse d’énergie ?
  • Essayez la technique Pomodoro.
  • Commencez par vous atteler à la tâche la plus importante.

 

Vous souhaitez en savoir plus ? 5 astuces pour booster votre productivité et vivre une vie plus accomplie

 

5. Parlez-en à votre responsable

 

Ce n’est pas parce que vous avez beaucoup à faire et que vous êtes sous pression au travail que vous devez tout faire seul·e. Votre responsable n’est probablement pas conscient·e du problème et vous devez donc lui en parler. 

 

Expliquez-lui ce qui se passe et ce que vous ressentez, afin que vous puissiez chercher ensemble la meilleure solution. 

 

6. Prenez du recul

 

Le travail est agréable et important, mais il est parfois tout aussi important de se détacher du travail. Or, nous ne le faisons pas assez. 

 

C’est encore plus vrai lorsque nous sommes sous pression au travail. Nous avons alors tendance à oublier les pauses et à emmener nos tâches et nos pensées à la maison. Nous ne prenons pas non plus le temps de discuter avec nos collègues. 

 

Pourtant, il est tout aussi important de prendre du plaisir à travailler que de rester productif. Vous serez forcément plus performant·e et plus concentré·e à tête reposée. 

 

Veillez donc à faire de nombreuses pauses chaque jour (notez-les dans votre agenda !), prenez soin de vous (faites de l’exercice, mangez sainement, pratiquez le mindfulness) et entretenez vos relations avec vos collègues.

 

Gérer le trop plein de pression prend du temps

 

Donnez-vous le temps de gérer la situation, de réduire lentement mais sûrement la pression et de retrouver le plaisir de travailler. Il est peu probable que cela se fasse du jour au lendemain, et vous vous heurterez peut-être à quelques incidents de parcours. 

 

Vous avez besoin d’un coup de pouce pour vous mettre sur la bonne voie ? Ou d’un peu de soutien ? Réservez une consultation avec l’un·e de nos experts psychologues.

 

👉 Ceci pourrait aussi vous intéresser : Si vous n’avez pas envie d’aller travailler le lundi, lisez cet article