Vous arrive-t-il d’avoir honte ? Voici comment gérer vos sentiments

25 Avr ‘22
4 min
Par la rédaction d'OpenUp
man die zich schaamt
Personne n’est immunisé contre la honte. C’est une émotion tout à fait normale, mais elle peut se révéler très pénible. Inconfortable, surtout. Heureusement, vous pouvez apprendre à y faire face afin de ne plus avoir à vous sentir mal à l’aise lorsqu’elle pointe le bout de son nez.

 

Culpabilité ou honte

 

« Nous confondons souvent culpabilité et honte », explique Emma White, psychologue chez OpenUp. « La première entre en jeu lorsque vous vous sentez mal concernant un acte que vous avez commis et dont vous pensez qu’il est condamnable. C’est une émotion utile, parce qu’elle vous encourage à réfléchir à votre attitude et à la modifier, ou à vous en excuser. Elle est axée sur le comportement : j’ai mal agi. »

 

« La honte, quant à elle, est le sentiment que vous n’êtes pas assez bien en tant que personne, et elle découle souvent de la peur d’être rejeté. Ainsi, elle se concentre sur vous-même : je suis lamentable. »

 

« La honte survient souvent lorsque nous pensons qu’il y a quelque chose d’imparfait ou de mauvais en nous. »

 

La honte nous rabaisse

 

L’idée de ne pas être à la hauteur (nl) est souvent vectrice de stress, d’inquiétude, de dépression et d’une mauvaise estime de soi. La honte est également liée à la dépendance et même à l’agressivité.

 

Elle est considérée comme l’une des émotions humaines les plus destructrices, celle qui nous écrase le plus. Mieux vaut, donc, la suivre de près.

 

Pourquoi avons-nous honte ? « La honte survient souvent lorsque nous pensons qu’il y a quelque chose d’imparfait ou de mauvais en nous, et que, par conséquent, nous ne sommes pas dignes d’être aimés ou acceptés », indique Emma.

 

Nous nous blâmons pour quelque chose et ensuite nous intériorisons cela : « Je suis médiocre. Je ne corresponds pas aux attentes. Je n’y arriverai pas. »

 

« Supposons que vous deviez effectuer une présentation au travail, ajoute notre psychologue, et que cela ne se passe pas bien. Pourrait alors naître cette pensée : “Je suis incapable de proposer un bon exposé et je me suis ridiculisé devant mes collègues.”

 

Entre les lignes, on peut lire : “Je ne suis pas un collaborateur respectable, je ne suis pas digne de quoi que ce soit.” Une pensée qui entraîne la honte. »

 

« La honte nous permet de préserver nos relations sociales. »

 

La honte peut aussi s’avérer utile

 

Aussi pénible qu’elle soit, cette émotion possède également son utilité. Elle nous aide à appartenir au groupe en suivant les règles.

 

Selon le chercheur Daniel Sznycer : « La fonction de la douleur est de prévenir les dommages causés à notre corps. La fonction de la honte est de prévenir les dommages causés à nos relations sociales, ou de nous motiver à les réparer. » Personne n’est immunisé contre ce sentiment, mais il est là pour nous aider.

 

Cependant, malgré cette fonction évolutive, la honte que nous éprouvons aujourd’hui représente souvent un danger, car elle est fortement liée à des croyances et à des comportements destructeurs.

 

« Beaucoup d’entre nous ont grandi dans un environnement où parler ouvertement de ses sentiments était mal perçu. Dans notre société actuelle, parfois endurcie, la honte n’a pas toujours sa place. Elle fait alors plus de tort que de bien », poursuit Emma.

 

👉 Lire aussi: Pourquoi les pensées et les sentiments négatifs sont aussi bons pour vous

 

Chacun ressent la honte à sa manière

 

Nous pouvons tous citer une situation (ou plusieurs) où nous nous sommes sentis ignorés ou rejetés. L’apparition d’un sentiment de honte dépend du sens que nous donnons à cette expérience.

 

Cette situation est souvent profondément ancrée dans les croyances et les schémas que nous avons développés dans notre vie. « Nous éprouvons de la honte non pas parce que nous avons mal agi, précise Emma, mais parce que nous considérons que nous avons tort ou que nous sommes mauvais. »

 

« La honte ne peut survivre si on l’exprime. »

 

Comment mieux affronter la honte ?

 

Aucun être humain ne peut y échapper, il est donc important d’apprendre à gérer les sentiments qui y sont associés. « Selon la “théorie de la résilience face à la honte” (en), dit Emma, on peut attacher à cette émotion des sensations de blocage, d’impuissance et d’isolement.

 

Lorsque la honte s’impose à nous, nous avons tendance à garder nos ressentis pour nous et à nous renfermer. En nous retirant des activités sociales ou en nous évadant, par exemple, dans la boisson. Mais c’est contre-productif.

 

Notre psychologue ajoute : « Si quelque chose fait croître le sentiment de honte de façon exponentielle, c’est bien le secret, le silence et le jugement. Le meilleur contrepoids à la honte est donc l’empathie, face à laquelle ce sentiment ne peut tout simplement pas survivre. »

 

Nos astuces pour affronter la honte

 

« La honte ne peut pas subsister si vous l’exprimez et en discutez », explique Emma. Alors, laissez-la se manifester, aussi effrayant que cela puisse paraître.

 

Vous verrez que c’est un soulagement et que votre démarche sera accueillie avec beaucoup de compassion. » Mais comment cela fonctionne-t-il concrètement ?

 

1. Reconnaissez votre honte

 

« La nommer, c’est l’apprivoiser », déclarent souvent les psychologues. Le plus important est de reconnaître que vous ressentez de la honte. Ne l’ignorez pas ; accueillez-la avec bienveillance.

 

2. Recherchez les causes

 

Examinez les facteurs internes et externes qui provoquent cette émotion. La honte peut concerner n’importe quel aspect de votre vie. Être clair sur les raisons de sa présence est important. Est-elle liée à la sexualité, à la famille, à la santé, à la religion ou à un traumatisme ?

 

3. Couchez vos sentiments sur papier

 

Notez pour vous-même tout ce que vous rencontrez, ressentez et expérimentez. Cela vous permettra de mieux maîtriser vos sentiments et de les comprendre davantage.

 

4. Exprimez-vous

 

Parlez de vos sentiments avec un proche en qui vous avez confiance et qui vous comprend. De cette façon, la honte s’effacera. Cela permet également de développer l’estime de soi et une meilleure connexion avec soi-même.

 

Vous trouvez cela intéressant ? C’est logique. Sachez que la honte appartient à chacun d’entre nous. Si vous ne vous sentez pas capable d’en parler avec un proche, mettez vos réflexions par écrit et planifiez une consultation avec un de nos psychologues.

 

👉 Lire aussi: Perte de motivation ? Voici comment rester inspiré et stimulé au travail