Vous avez du mal à vous tenir à votre pratique de la pleine conscience ? Ces simples changements de mentalité vous aideront à y parvenir

Arianna Freni
Corrigé par notre psychologue Pia Linden
Pour la centième fois, vous lisez un article, vous regardez une vidéo, vous discutez avec un ami ou encore vous écoutez un podcast sur les avantages illimités de la pleine conscience. Une fois de plus, la motivation est au rendez-vous: c’est l’occasion idéale de commencer à méditer. Alors, vous vous lancez.

 

Les deux premiers jours, tout se passe bien. Vous commencez votre matinée assis(e) avec vos pensées ; vous ressentez votre respiration et résonnez avec le moment présent. Au bout d’une semaine, vous êtes suffisamment à l’aise pour sauter un jour. Après tout, vous n’êtes pas à un jour près, n’est-ce pas ? Puis, avant même de vous en rendre compte, vous avez ignoré votre rappel pendant si longtemps que vous ne pensez même plus à pratiquer. Jusqu’à ce qu’un jour, vous entendiez parler des bienfaits de la méditation et que le cycle recommence. Cela vous semble familier ? Eh bien, je parlais de moi. Mais si cela s’applique à vous aussi…

 

Comment se fait-il que nous ayons tant de mal à nous en tenir à une routine, même lorsqu’elle est agréable et saine ? Et comment pouvons-nous enfin nous y tenir ? La psychologue Pia Linden nous éclaire sur ces questions et nous prodigue quelques conseils simples pour faire de la pleine conscience une habitude constante.

 

Pourquoi la méditation (quotidienne) nous fait du bien

 

Nous sommes probablement tous conscients des bienfaits de la méditation. De nombreuses études ont montré que la pratique de la méditation contribue à réduire le stress et à développer la concentration.

 

La méditation peut également influencer l’humeur, la conscience de soi, le contrôle des émotions, les habitudes de sommeil et même la tolérance à la douleur.

 

Autre fait intéressant ? Des recherches récentes ont révélé qu’une pratique quotidienne de la méditation peut littéralement transformer votre cerveau de manière positive, en améliorant ses fonctions telles que la mémoire et l’attention.

 

Lorsqu’on parle de méditation, explique Pia, il est également important de souligner qu’il existe de nombreuses formes différentes. Dans cet article, nous faisons spécifiquement référence à la méditation de pleine conscience, une attitude qui peut être pratiquée, par exemple en méditant, mais également indépendamment des exercices de méditation formels.

 

La pratique de la pleine conscience consiste en un choix personnel de pratiquer une attitude de non-jugement dans le moment présent. Cela semble formidable… mais alors pourquoi avons-nous tant de mal à en faire une habitude ?

 

Tout est une question de mentalité

 

« Lorsque nous commençons un nouveau projet ou décidons d’une nouvelle résolution, nous sommes souvent très motivés », explique Pia. « Avec le temps, l’excitation initiale a tendance à retomber, et s’en tenir à une nouvelle routine devient de plus en plus difficile. Nous retombons dans nos « anciens » schémas, qui sont souvent moins bons pour nous et moins sains. »

 

Cela peut se produire pour de nombreuses raisons. Pour le cerveau, il est toujours plus difficile de faire quelque chose de nouveau et de différent que de faire quelque chose qui nous est familier. Après tout, les êtres humains aiment les habitudes.

 

Vous pouvez également avoir l’impression de ne pas faire grand-chose en méditant. Et, en conséquence, vous craignez peut-être de perdre un temps précieux au détriment d’autres activités que vous pourriez entreprendre à la place.

 

Inutile de préciser que ce n’est pas le cas. La méditation de pleine conscience vous permet d’apaiser votre esprit et de retrouver la clarté et le calme. Elle permet d’ancrer vos pensées et de mieux comprendre vos schémas comportementaux, vos réactions et vos émotions.

 

Une fois encore, la constance est essentielle, et c’est ainsi que vous obtiendrez le sentiment de satisfaction que nous recherchons tous.

 

💡 Lecture complémentaire intéressante: Six conseils pour vivre une vie plus consciente

 

« Plus nos comportements s’inscrivent dans la durée, plus les connexions neuronales de notre cerveau se renforcent. », explique Pia. « Au fil du temps, elles deviennent comme une autoroute signalisée. En revanche, une nouvelle connexion est comme un chemin de campagne. Où est-il plus facile de conduire ? En particulier lorsque la vie s’en mêle et que nous sommes occupés par nos tâches quotidiennes. »

 

Concrétisez votre pratique

 

Selon un proverbe zen, « Vous devriez méditer pendant vingt minutes chaque jour, sauf si vous êtes trop occupé(e); dans ce cas, vous devriez méditer pendant une heure. »

 

Je pense que cela donne un bon aperçu de l’époque dans laquelle nous vivons. Nous sommes plus affairés que jamais, nous cochons constamment nos listes de choses à faire, nous nous fixons des objectifs et nous sommes toujours en mouvement.

 

Dans cet océan de stimuli et d’informations, la mise en place d’une routine de pleine conscience peut nous aider à expérimenter un état de conscience sans jugement et à concentrer notre attention sur l’ici et maintenant.

 

« Être conscient du moment présent est presque toujours judicieux », dit Pia. « Mais cela ne signifie pas que vous devez vous asseoir sur un coussin de méditation toute la journée pour bien faire les choses. Ce n’est pas non plus réaliste. »

 

Si vous avez du mal à pratiquer la pleine conscience, voici donc quelques astuces psychologiques utiles que vous pouvez utiliser pour faire preuve de constance lors de l’adoption d’un nouveau comportement.

 

 

1.      Allez-y progressivement

 

L’idéal est de commencer à explorer les différentes techniques de pleine conscience et de tester celles qui vous conviennent le mieux. Commencez modestement et soyez réaliste quant à ce que vous pouvez intégrer dans votre planning quotidien.

 

Vous pouvez entraîner votre attention en prenant quelques minutes par jour pour vous concentrer sur ce qui se passe en vous et autour de vous.

 

2.      Combinez plusieurs habitudes

 

L’une des façons les plus simples de s’en tenir à une nouvelle habitude est de la coupler avec une autre déjà établie, par exemple en pratiquant la pleine conscience le matin juste après s’être brossé les dents.

 

Lorsque vous associez ces deux actions ensemble, elles deviennent facilement une routine. Et le mieux dans tout ça ? Vous pouvez le faire avec pratiquement toutes les habitudes que vous avez déjà !

 

3.      Mon rendez-vous de pleine conscience

 

Une astuce fondamentale consiste à programmer un jour et une heure fixes pendant lesquels vous ne percevrez pas la méditation comme une corvée. Par exemple, si vous n’êtes pas matinal(e), méditer au réveil ne sera sans doute pas idéal.

 

Pourquoi ne pas plutôt vous réserver dix minutes avant d’aller vous coucher pour faire le vide dans votre esprit ? Respectez votre rythme et adoptez la routine qui fonctionne le mieux pour vous.

 

💡 Astuce : Programmez une séance de pleine conscience avec l’un(e) de nos psychologues pour vous aider à vous en tenir à votre pratique.

 

4.      Choisissez vos pourquoi et vos comment

 

Définir la raison pour laquelle vous voulez commencer une pratique de pleine conscience peut constituer une excellente motivation pour s’y tenir. Plus votre plan sera solide et clair, plus vous serez susceptible de rester fidèle à votre pratique.

 

Prenez un moment pour définir vos intentions avant de commencer : aujourd’hui, je veux méditer parce que…

 

5.      Récompensez-vous

 

Pour les débutants, le fait de vous récompenser chaque fois que vous pratiquez la méditation de pleine conscience peut vous aider à en faire une habitude agréable que vous conserverez.

 

D’ailleurs, après un certain temps, votre cerveau commencera à associer le plaisir de la récompense à l’acte de méditation, ce qui vous aidera à vous mettre dans le bon état d’esprit à chaque fois que vous commencerez la pratique.

 

 

✨ Vous souhaitez essayer la pratique de la pleine conscience ? Consultez notre exercice guidé de pleine conscience (il ne prend que cinq à 10 minutes !)

 

Suivez le courant

 

Comme dernier rappel (et peut-être habituel), nous souhaitons souligner l’importance de faire preuve de bienveillance et de patience envers vous-même. Repérez les moments où la pratique de la pleine conscience pourrait vous être bénéfique, et ne vous sentez pas en échec si vous manquez un jour ou deux.

 

Méditer régulièrement est-il une bonne habitude ? Bien sûr. Mais manquer un jour ne sera pas la fin du monde. Faites le point avec vous-même et continuez à écouter les messages de votre corps et de votre esprit. La méditation ne connaît pas l’échec.

 

Et si vous trébuchez en cours de route, les psychologues d’OpenUp sont là pour vous aider. Prenez rendez-vous pour une consultation, la première séance est toujours gratuite.